Au secours où est ma Box? Que faire?

Panique a bord

Qui ne s’est pas déjà retrouvé dans cette situation? Moi je dirais une bonne majorité…

Tout d’abord qu’est ce qu’une box?  Chaque mois, pour environ 15€, vous pouvez recevoir une boîte remplie de 4 à 6 petits produits de beauté, dénichés par « des pros du milieu ». Elles sont également déclinées à l’envi dans d’autres thèmes comme par exemple pour la cuisine, les enfants, le thé etc…Vous les testez, vous les aimez, et vous commandez les grands formats sur le site internet des coffrets. Certaines marques de beauty boxes proposent même un système d’abonnement. Pour en citer quelques une : Glossybox, Joliebox,Ma boite a beauté etc…

Une fois commandé, il y a l’attente de la réception.  Certaines reçoivent sans problème et malheureusement d’autres non …..

C’est pourquoi je vous donne quelques conseils afin d’y remédier selon la situation , si le service client ignore vos demandes:

Justice

 – Delai de livraison

Le vendeur professionnel doit vous indiquer, avant la conclusion du contrat, la date limite à laquelle il s’engage à livrer le bien ou à fournir la prestation de service.

Cette date limite ne peut pas être donnée simplement à titre indicatif.

Faute de cette information, le vendeur doit livrer le bien ou fournir la prestation de service dès la conclusion du contrat.

En cas de dépassement de plus de 7 jours de la date limite (sauf force majeure), vous pouvez annuler la commande en leur adressant  une lettre recommandée avec demande d’avis de réception. Vous disposez pour le faire d’un délai de 60 jours ouvrés à compter de la date limite indiquée pour la livraison du bien ou la fourniture du service.

Si la livraison n’a pas eu lieu ou si la prestation n’a pas été fournie entre l’envoi et la réception de cette lettre, le contrat est considéré comme rompu. Le vendeur doit alors rembourser la totalité des sommes versées par l’acheteur (frais d’expédition compris) dans les meilleurs délais, et au plus tard dans les 30 jours qui suivent.

Au-delà de ces 30 jours, le vendeur doit payer des intérêts sur la somme due. Ces intérêts sont calculés par rapport au taux légal en vigueur.

 – Mauvaise exécution ou absence d’exécution du contrat

Produits non conformes ou défectueux

Le vendeur doit délivrer un bien conforme à celui commandé. Si le bien n’est pas conforme, le consommateur peut refuser le produit à la livraison ou le retourner au vendeur.

Vous pouvez exiger une nouvelle livraison conforme à la commande, en faisant jouer ce qu’on appelle l’obligation de délivrance conforme. Pour cela il faut adresser votre demande par lettre recommandée avec accusé de réception.

Vous pouvez aussi invoquer la garantie légale de conformité.

En demandant :

  • la réparation ou le remplacement du produit,
  • ou, en cas d’impossibilité, l’annulation du contrat et le remboursement des sommes versées ou la réduction du prix du bien.

 – Produits abîmés lors du transport ou perdus

 – Vous vous apercevez à la livraison que la marchandise a été abîmée lors du transport, vous pouvez refuser la livraison ou, si le livreur l’accepte, noter vos remarques sur le bon de livraison.

Vous devez rapidement prendre contact avec le service clients du vendeur.

En cas d’insatisfaction, il faut adresser une lettre recommandée avec accusé de réception au vendeur en le mettant en demeure de délivrer un bien en parfait état.

– Vous n’avez  pas reçu le produit commandé alors que le vendeur soutient l’avoir livré, il faut également  le mettre en demeure par lettre recommandée avec accusé de réception.

Le vendeur est seul responsable vis-à-vis du consommateur de la bonne exécution de la commande. Peu importe qu’il assure lui-même les commandes ou fasse appel à d’autres prestataires (transporteurs chargés de la livraison, sous-traitants…). Cette responsabilité est automatique, sans que le consommateur ait à prouver une faute.

Le vendeur ne peut s’exonérer de sa responsabilité que s’il prouve que l’inexécution du contrat ou sa mauvaise exécution est due :

  • au consommateur,
  • ou au fait imprévisible et insurmontable d’une personne étrangère au contrat (les prestataires de service, auxquels le vendeur recourt, ne sont pas considérés comme tels),
  • ou à un cas de force majeure.
    (article L. 121-20-3, alinéa 4 du Code de la consommation).

Or le transporteur n‘est pas un tiers au contrat (Cass. civ., 1re, 13 novembre 2008, pourvoi no 07-14856).
Les clauses des contrats, qui limitent ou exonèrent la responsabilité de plein droit du professionnel à distance, sont considérées comme abusives.

Voilà j’espère que cela peut vous aider à commencer vos démarches et à faire respecter vos droits de consommateurs/trices.

N’oubliez pas! il y ‘a toujours la possibilité de joindre les associations de consommateurs ainsi que  La Direction générale de la Concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

Xoxo

Girlisonfire

Publicités